Accueil / blog / Deux vidéos pour sensibiliser aux enjeux du contrôle interne

Deux vidéos pour sensibiliser aux enjeux du contrôle interne

Deux vidéos pour sensibiliser aux enjeux du contrôle interne

Le groupe professionnel contrôle interne de l’IFACI a produit deux vidéos originales pour communiquer sur le métier de contrôleur interne. Une façon simple de mieux faire connaître cette profession mais aussi de casser quelques clichés, comme l’explique Bruno Lechaptois, coordinateur du groupe, qui a aussi mis en place l’application de la loi Sarbanes-Oxley chez Orange.

Comment est né ce projet ?

Bruno Lechaptois : Il est né au sein du groupe professionnel contrôle interne de l’IFACI sous l’impulsion de Vincent Leroy, qui était alors Directeur de contrôle interne chez Faurecia. Nous avons lancé le projet en juin 2018 et avons décidé rapidement de faire réaliser deux vidéos : la première s’adressant à tous les publics, pour raconter en deux minutes trente et en termes simples ce qu’était ce métier ; la seconde plutôt à destination des professionnels, en expliquant comment trouver sa place dans l’entreprise, en collaboration avec les autres fonctions de la deuxième ligne de maitrise comme avec les auditeurs internes.

Pourquoi avoir choisi le format vidéo ?

C’était clairement plus séduisant, plus facile d’accès. Nous voulions trouver un moyen de communication rapide et ludique, sans s’écarter trop du monde de l’entreprise. De notre côté, nous avons essentiellement travaillé sur les textes, mais l’agence qui a réalisé l’animation graphique a bien compris ce que nous voulions. Le rendu correspond à nos attentes et reflète bien les enjeux de notre métier. Ce format vidéo permet de communiquer facilement en interne, de diffuser les films rapidement, car ceux qui vont les regarder devraient être enclins à les montrer aux autres, ce qui est aussi le but recherché.

Quelle est finalement l’ambition respective de ces deux films ?

Comme je le disais, le premier est vraiment destiné à faire découvrir le métier de contrôleur interne au plus grand nombre. L’analogie de l’entreprise est représentée par un navire, ce qui permet de transposer nos problématiques sur une vision plus imagée pour les non initiés. La seconde met en exergue des processus et s’adresse à l’ensemble des fonctions de la seconde ligne de maîtrise. Il explique notamment que l’auditeur interne a besoin d’un contrôle interne solide pour remplir au mieux ses missions. Un contrôle interne qui sache coordonner les actions, fournir une synthèse, travailler justement en lien avec l’ensemble des métiers de la seconde ligne de maîtrise… Et réciproquement, les missions de l’audit interne vont pouvoir permettre de renforcer celles du contrôle interne.

Nous rappelons ainsi que le principal objectif du contrôle interne, à la base, est de rendre visible ce qui existe.

Diriez-vous que les métiers du contrôle interne souffrent aujourd’hui encore d’une certaine méconnaissance, voire d’un déficit d’image ?

Ce qui est sûr, c’est que l’un de nos premiers objectifs était de faire en sorte que ce soit moins une « boîte noire », que chacun comprenne exactement à quoi sert le contrôle interne. C’est une fonction qui peut être encore trop souvent vue comme bureaucratique, sans valeur ajoutée. Alors que c’est d’abord une fonction qui est faite pour aider les managers à maîtriser leurs objectifs, à améliorer les performances de l’entreprise, et qui n’a pas que des aspects financiers. Les législations mais aussi les risques ont évolué et cela a donné une autre dimension à nos métiers.

Comment aborder ces films en présentation ?

Nous conseillons d’accompagner leur présentation de points saillants de l’entreprise permettant de mieux les relier avec les actions du contrôleur interne.

A propos joanna

Avatar