Accueil / blog / Attention, votre audit pourrait manquer la cible

Attention, votre audit pourrait manquer la cible

L’une des choses les plus importantes que les auditeurs internes puissent faire pour répondre aux attentes des parties prenantes est de s’assurer que les priorités de l’audit interne soient alignées sur celles du conseil d’administration et de la direction. Ce sont les risques qui « empêchent nos parties prenantes de dormir » qui devraient occuper les auditeurs internes pendant la journée.

Cela peut sembler évident et pourtant, l’enquête  Pulse of Internal Audit 2018 menée par l’IIA North America révèle que seulement 45 % des responsables de l’audit interne considèrent que leurs fonctions sont très, voire extrêmement, « agiles », c’est-à-dire capables de réagir rapidement et efficacement aux perturbations auxquelles elles pourraient être confrontées, et ce alors que l’enquête 2017-2018 de la NACD (National Association of Corporate Directors) sur la gouvernance des sociétés cotées en bourse recense les changements sectoriels significatifs ainsi que les modèles économiques et les technologies de rupture parmi les tendances les plus probables de l’année à venir.

Si votre fonction d’audit interne n’est capable d’auditer que les risques traditionnels, vous risquez de perdre en pertinence ou de manquer les risques émergents qui menacent votre organisation. C’est ce que j’appelle faire fausse route. Si ce sujet vous semble familier, c’est parce que je l’ai déjà abordé dans un article de blog en 2013.

Il est naturel d’observer un décalage en période de changements rapides et, de nos jours, les progrès technologiques contribuent à faire de ces derniers une norme. Alors que notre environnement se transforme à la vitesse de l’éclair, les fonctions d’audit interne connaissent l’une des périodes de changement les plus critiques de l’histoire de la profession. On demande aux auditeurs internes de faire face à des risques de plus en plus complexes avec de moins en moins de ressources, tout en faisant l’objet d’une attention accrue. C’est pourquoi j’ai tant insisté au cours de ces dernières années sur la nécessité que les fonctions d’audit interne apprennent à auditer à la vitesse du risque.

Si nous voulons survivre et prospérer dans cet environnement, nous devons quitter notre zone de confort et nous attaquer à des risques technologiques complexes, ainsi qu’au monde plus qualitatif de la culture d’entreprise et de la gouvernance. Un dialogue solide et permanent avec vos parties prenantes vous permettra non seulement de vous concentrer sur leurs priorités mais aussi de renforcer vos relations avec ces dernières et d’éviter certains des problèmes que j’ai abordés dans mon récent article « Cinq signes indéniables que vous êtes fait pour une carrière dans l’audit interne

Etes-vous en phase avec vos parties prenantes ? Posez-vous les questions suivantes :

  • Demandez-vous souvent aux parties prenantes quelles sont leurs priorités ? Une communication réciproque entre le responsable de l’audit interne et le comité d’audit est essentielle.
  • La fonction d’audit interne dispose-t-elle des compétences nécessaires pour satisfaire à ces besoins ? Le développement et le déploiement d’une solide stratégie de gestion des talents est indispensable.
  • Disposons-nous de ressources suffisantes ? Même si vous connaissez vos priorités et êtes certains de posséder les compétences nécessaires pour fournir une assurance, vous devez tout de même avoir des ressources suffisantes pour éviter d’être sollicité de toutes parts.

​Donner une assurance sur l’efficacité des dispositifs de contrôle interne sera toujours au cœur de la mission de l’audit interne. Mais nous devons voir plus loin et nous assurer que nos objectifs, nos compétences et nos ressources sont adaptés aux exigences accrues de la direction et du comité d’audit.

L’enquête Pulse of Internal Audit de cette année fournit un appui important et des instructions afin de préparer votre fonction d’audit à répondre aux attentes croissantes des parties prenantes à travers l’agilité, l’innovation, la gestion des talents et le dialogue avec le conseil d’administration. J’ai examiné ces questions plus en détail dans mon blog, « Quatre leviers pour transformer l’audit interne » en début d’année.

Ces ressources devraient pouvoir vous aider à savoir « comment » aligner les priorités de l’audit interne sur celles des parties prenantes. Pour savoir de « quelles » priorités il s’agit, je dirais que votre comité d’audit et la direction sont votre meilleure source de renseignements ; car ils savent ce qui les empêche de dormir la nuit.

Faîtes-vous fausse route ? Le seul moyen de le savoir est de demander.

C’est mon avis. Je suis sûr que la plupart d’entre vous êtes confrontés à ce problème en ce moment même. J’aimerais beaucoup savoir comment vous être parvenus à être en phase avec vos parties prenantes.

A propos Richard CHAMBERS

Richard CHAMBERS
Richard F. Chambers, Président et directeur général de l’IIA (Institute of Internal Auditors) publie chaque semaine sur son blog InternalAuditor.org un article sur les enjeux et les tendances concernant la profession d’audit interne.