Accueil / dossier / Data Analytics, un outil de pointe au service de l’auditeur

Data Analytics, un outil de pointe au service de l’auditeur

Le Data Analytics promet d’apporter une forte valeur ajoutée aux missions d’audit. L’usage de ce formidable outil pourrait même devenir incontournable. Pour autant, son utilisation ne va pas sans certaines connaissances et compétences. Olivier Beauregard, Directeur principal audit interne chez Investissement Québec, nous fait part de son expérience du déploiement d'une solution de Data Analytics, et des défis et opportunités que cela représente. Pourquoi avez-vous mis en place cette solution dans votre entreprise ? Olivier Beauregard : On entend parler de data analytics depuis au moins 10 ans, mais le taux d’implantation dans les fonctions d’audit interne est étonnamment très faible. 62% des fonctions disent avoir implanté des techniques d’analyse de données, mais dans bien des cas, cela se limite à des analyses simples, une minorité matérialise les bénéfices de l’automatisation et de l’analyse en continu*. Je voulais amener notre fonction d’audit à réduire ce fossé et à actualiser son offre de service pour inclure une composante plus grande d’audits qui intègre le data analytics. Quelle est votre vision du modèle à sa maturité ? O. B. : Je trouve ça très préoccupant que l’industrie parle d’intelligence artificielle et de cyber sécurité quand mes pairs auditeurs combattent encore pour intégrer le data analytics ou même la visualisation des résultats dans leur pratique. Notre profession n’avance pas au même rythme que le marché et il est possible que nous devenions des dinosaures si nous ne parvenons pas à nous adapter à ces changements et le faire rapidement. Certains pensent qu’il est facile d’automatiser des routines de tests et de faire des présentations dynamiques avec des données manipulables en temps réel. J’aime aussi l’idée, mais le chemin est difficile pour y arriver. Je veux simplement m'assurer que cet outil nous rende plus efficace et sache transformer notre offre de services pour être alignés avec les attentes de l'organisation. Quelle est la valeur apportée pour une organisation qui investit en data analytics ? O. B. : Le rôle que l’on peut jouer en informant les administrateurs avec des travaux d’analyses poussées, complètes et pertinentes est selon moi un rôle qui va être de plus en plus attendu des fonctions d’audit interne. Il faut monter notre niveau d’analyse à une perspective plus macro des risques. Il est vrai de dire que c’est un investissement et parfois ça prend du temps avant de matérialiser les pleins bénéfices. L’audit interne devrait être plus efficace et plus pertinent en intégrant ces outils, mais son offre de services devrait changer et aider l’organisation avec des analyses qui soutiennent l’information de prise de décision. Lors d’un mandat sur les achats, nous avons intégré des routines de tests avec un outil d’analyse de données, mais nous avons aussi cherché à construire des analyses qui permettraient à la direction d’avoir de l’information en temps opportun sur des indicateurs qui ne figurent pas dans leur vigie transactionnelle quotidienne. Je considère que fournir des informations fiables pouvant soutenir la prise de décision est une valeur tangible pour l’organisation. Par le passé, dans une organisation, nous avions implanté une routine pour identifier les paiements en double. Après quelques trimestres au sein de l’audit interne, l’analyse et les outils afférents ont été transférés aux opérations. C’est selon moi un bel exemple de la valeur qu’on peut ajouter. Quelles sont les considérations du facteur humain dans vos réflexions ? O. B. : La question des ressources est un grand défi. L’idée d’avoir un expert en data analytics est très intéressant, mais il faut s’assurer de bien le former, d’avoir une relève, et de pouvoir l’occuper à temps plein. Cela semble difficile pour les petites organisations. D’autre part, il est utopique de penser que l’ensemble des auditeurs seront des experts en data analytics et en conséquence, former l’ensemble du département peut paraitre futile. Je suis encore en réflexion quant au meilleur modèle pour mon organisation. Je vais élaborer un plan de développement et viser l’intégration d’une perspective data analytics dans chaque mandat pour développer les réflexes et la pratique.

Olivier Beauregard, Directeur Principal Audit Interne chez Investissement Québec

* Pulse profession : https://www.theiia.org/centers/aec/ Pages/2018-Pulse-of-Internal-Audit.aspx