Accueil / blog / La vraie question est : « Où sont les auditeurs internes ? »

La vraie question est : « Où sont les auditeurs internes ? »

Selon la croyance populaire, les experts sont des individus qui arrivent de l'extérieur avec une présentation sous le bras. Et c'est en effet vers eux que se tournent, bien trop souvent, le management lorsqu'il a besoin d'expertise ou de conseil. Dans mon dernier blog, je disais l'effroi qui est le mien lorsque j'entends la question « Mais où étaient les auditeurs internes ? » Comme je l'expliquai alors, lorsque cette question est relayée par les médias ou autres, c'est qu'il y a eu une défaillance qui a fait scandale, nuisant ainsi à la valeur des actions de l’organisation et à la confiance des investisseurs. J'ai reçu un certain nombre de commentaires intéressants sur ce blog, y compris de la part d'une responsable d'audit interne rencontrée en Allemagne à l'occasion d’une réunion de l'IIRC (International Integrated Reporting Council). Elle arguait que lorsque nécessaire, il est du devoir du management de demander « Où sont les auditeurs internes ? » Lorsqu'un nouveau risque se profile, ou que le management se trouve confronté à une question ou à un défi particulièrement épineux nécessitant une analyse ou une assurance objective, il est fréquent qu'il fasse appel à des experts extérieurs. Ce qui peut s'expliquer par un manque de confiance dans les aptitudes de l'audit interne, la méconnaissance de ses capacités ou la volonté d'éviter d'être sous les projecteurs en interne. Quelle que soit la raison, il incombe au service d'audit interne de faire prendre conscience au management qu'il est compétent, objectif et prêt à se retrousser les manches et à passer à l'action. Mais l'audit interne doit pour cela prouver qu'il est à la hauteur de la tâche. L'émergence rapide de nouveaux risques et défis est une constante dans le contexte actuel, et la direction générale comme le Conseil ne doivent pas douter des compétences, de l'agilité et des ressources de l'audit interne pour offrir un éclairage et fournir une assurance dans de nouveaux domaines. Les auditeurs doivent défendre leur propre cause, en misant non pas sur l'auto-promotion, mais sur l'action. Ils doivent être disposés à accroître leur visibilité au sein de l'organisation, en recherchant des missions qui leur donneront l'occasion de démontrer leurs compétences, leur diversité et leurs forces. L'auto-promotion en tant que telle est vouée à l'échec. C'est grâce à ses performances que l'audit interne doit convaincre le management de sa capacité à fournir des conseils ou une assurance en toute indépendance et objectivité. Une fonction qui ne quitte pas sa zone de confort finira invariablement par manquer d'envergure aux yeux du management. D'où la tentation, pour ce dernier, de l'écarter de son chemin lorsqu'elle cherche une solution face à l'émergence d'une nouvelle difficulté. Les auditeurs internes doivent investir dans la formation continue et avoir l'audace de repousser les limites. Car le jeu en vaut la chandelle. Le management est en effet davantage susceptible de faire appel à l'audit interne pour l'aider à relever les défis les plus difficiles lorsque ce dernier montre sa valeur à l'organisation. Si le management envisage de faire intervenir des experts extérieurs, il doit, au-delà de l'utilisation optimale de l'audit interne, prendre en compte certaines considérations pratiques, comme le coût, les compétences, la crédibilité et l'objectivité desdits experts. La Modalité Pratique d'Application 1210.A1-1 de l'IIA - Recours à des prestataires externes - constitue à cet égard une source intéressante à consulter. Si cette Modalité Pratique d'Application est conçue pour aider les responsables de l'audit interne en quête de conseils et d'assistance à trouver les connaissances, aptitudes et autres compétences nécessaires pour mener à bien leurs mission, de nombreux parallèles peuvent être faits avec les experts extérieurs. L'analyse de la liste longue et minutieuse de précautions à prendre pour retenir les experts extérieurs établie au sein de la Modalité Pratique d'Application, devrait non seulement donner matière à réflexion au management, mais également l’aider à mieux apprécier le travail fourni par l'audit interne. Vos commentaires sont, comme toujours, les bienvenus.

A propos Richard CHAMBERS

Richard CHAMBERS
Richard F. Chambers, Président et directeur général de l’IIA (Institute of Internal Auditors) publie chaque semaine sur son blog InternalAuditor.org un article sur les enjeux et les tendances concernant la profession d’audit interne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *