Accueil / blog / Le mois de l’audit interne : bien plus que de belles paroles

Le mois de l’audit interne : bien plus que de belles paroles

J’ai récemment eu le plaisir d’annoncer que l’IIA avait passé le cap des 200 000 membres. Cette étape importante n’aurait pu être franchie à un meilleur moment qu’au début du Mois international de sensibilisation à l’audit interne qui nous donne chaque année l’occasion de mettre un coup de projecteur sur notre belle profession dans le monde entier.

L’IIA, ainsi que ses chapitres nord-américains et plus d’une centaine d’instituts affiliés à travers le monde, s’engagent à promouvoir la contribution de l’audit interne à l’amélioration du management des risques, du contrôle interne et de la gouvernance. Le mois de l’audit interne donne l’opportunité aux professionnels d’organiser des événements, des déclarations publiques et d’autres activités de sensibilisation en vue de mieux faire connaître et apprécier la valeur de leurs services d’assurance et de conseil.

La fierté d’exercer ce métier devrait être quotidienne, mais, pour ma part, je la ressens encore plus à l’approche du mois de mai (#IIAMay). Je suis toujours impressionné par la créativité et la passion dont nos membres font preuve lorsqu’ils font la promotion de notre profession en organisant toutes sortes d’activités (parades, discours, journées carrière et même flash mobs).

Bien entendu, le Mois international de sensibilisation à l’audit interne est censé permettre aux auditeurs de tisser des liens solides avec les parties prenantes, de faire prendre conscience de la valeur que l’audit interne apporte aux organisations et, surtout, de se montrer à la hauteur de la réputation qu’ils se sont forgée.

Partout dans le monde, l’IIA et ses instituts affiliés présentent l’audit interne comme un élément indispensable à la réussite des organisations. Nous défendons la nécessité de préserver l’indépendance et l’objectivité. Nous créons et entretenons des relations avec les parties prenantes ainsi qu’avec d’autres organismes similaires pour promouvoir les Normes Internationales pour la Pratique Professionnelle de l’Audit Internede l’IIA. A travers un leadership éclairé, des lignes directrices et des outils didactiques, nous préparons les auditeurs internes à devenir de vrais conseillers de confiance pour les parties prenantes.

Au cours de ce mois de l’audit interne, faisons en sorte que chaque événement rappelle les actions importantes que tout professionnel devrait entreprendre pour améliorer le service qu’il fournit aux parties prenantes. À cet égard, je pense qu’il existe trois domaines où nous pourrions faire davantage :

  • Devenir CIA. La certification phare de l’IIA, le CIA, indique aux parties prenantes notre détermination à atteindre l’excellence dans le domaine de l’audit interne. Le CIA représente une marque de distinction pour près de 160 000 professionnels qui ont passé l’examen avec succès depuis son introduction il y a 45 ans. Il est aujourd’hui reconnu dans le monde entier comme une preuve de l’engagement de son titulaire à fournir des services d’audit interne de grande qualité.
  • Respecter les Normes. Aucune profession digne de ce nom ne peut exister sans normes auxquelles ses membres sont tenus d’adhérer. Et pourtant, bien qu’elles soient accessibles à tous, le niveau de conformité aux Normes est décevant. Même si la non-conformité, ou la conformité sélective, aux Normes peut présenter des avantages à court terme, une telle stratégie peut se révéler désastreuse sur le long terme. Dans l’environnement économique volatile et dynamique d’aujourd’hui, les parties prenantes exigent le niveau élevé de performance associé aux fonctions d’audit interne qui se conforment aux Normes. Ceux qui ne répondent pas à cette exigence sont condamnés à être marginalisés au sein de leur organisation, voire pire.
  • Miser sur l’innovation. Exploiter la technologie et miser sur l’innovation sont les clés du succès pour un auditeur interne au 21esiècle. Toutefois, je crains que la profession ne soit à la traîne dans ce domaine. Le faible taux d’adoption des technologies de prochaine génération, telles que l’automatisation robotique des processus et l’intelligence artificielle, ainsi que les lacunes dans l’identification des risques émergents et le peu de changements apportés à des processus d’audit vieux de plusieurs décennies suggèrent que nous sommes en train de prendre du retard en matière d’innovation.

Nous devons déployer un effort concerté pour atteindre une conformité totale aux Normes, accroître le nombre de titulaires du CIA, et adopter l’innovation. Cette démarche contribuera à faire progresser la profession et rapprochera un nombre toujours croissant d’auditeurs du statut conseiller de confiance. J’ai souvent écrit qu’il ne fallait pas se contenter de belles paroles mais aussi y joindre le geste. Ce mois international de sensibilisation à l’audit interne nous en donne l’opportunité.

Je me réjouis de lire vos commentaires.

A propos Richard CHAMBERS

Richard CHAMBERS
Richard F. Chambers, Président et directeur général de l’IIA (Institute of Internal Auditors) publie chaque semaine sur son blog InternalAuditor.org un article sur les enjeux et les tendances concernant la profession d’audit interne.