Accueil / nouveaux outils / Les nouvelles formations de l’IFACI à l’heure des “soft skills”

Les nouvelles formations de l’IFACI à l’heure des “soft skills”

L’IFACI propose pour 2019 de nouvelles formations, notamment en matière de « soft skills », répondant à une demande croissante sur ces thématiques. Communication et éthique sont notamment au programme. Des formations réellement pratiques, permettant d’intégrer ces nouvelles dimensions au sein des missions des auditeurs et contrôleurs internes mais aussi de celles des directeurs d’audit interne. Focus avec Benoît Fouillet, chef de projet formation.

Quelles nouvelles formations sont lancées cette année par l’IFACI ?

Benoît Fouillet : Notre catalogue, qui vient de paraître, compte 90 formations cette année, contre 70 l’an dernier. Il y a effectivement de nouvelles formations, mais aussi des thématiques que nous avons souhaité revoir, notamment en simplifiant le format pour l’adapter à des professionnels qui n’ont pas toujours beaucoup de temps entre deux missions. Cette année, ce sont surtout les soft skills qui font l’objet de nouvelles formations. La communication et l’éthique notamment, le bien-être également.

Pourquoi avoir lancé ces formations soft skills ?

B.F. Elles correspondent à un double besoin. Nous ressentions d’abord la nécessité de diversifier notre off re pour répondre aux attentes de nouveaux métiers, de nouveaux services, auxquels les auditeurs et contrôleurs internes sont de plus en plus souvent confrontés. Par ailleurs, c’est aussi une réponse au renouvellement des certifications et à la nécessité pour les auditeurs et contrôleurs internes d’acquérir leurs crédits CPE pour élargir leur horizon professionnel à travers un panel plus diversifié de formations.

Était-ce également une demande poussée par les organisations avec lesquelles vous travaillez ?

B.F. Incontestablement, les métiers d’auditeur et contrôleur internes ont changé. Il ne s’agit plus seulement de métiers de technicien. Posséder une bonne méthode, réaliser de bons rapports et les préconisations adéquates, ce n’est plus suffisant aujourd’hui. Il faut être capable de faire passer les bons messages auprès des équipes que l’on doit auditer ou contrôler. Savoir gérer les réunions d’ouverture, celles de clôture… Savoir créer une dynamique prend de plus en plus de place dans la mission des auditeurs et contrôleurs internes et l’aspect communication est de plus en plus important. Il faut savoir mettre en confiance ses interlocuteurs si l’on veut que le travail porte ses fruits.

Comment cette nécessité se traduit- elle dans les formations de l’IFACI ?

B.F. Nous proposons par exemple une session « Communiquer efficacement en tant que DAI » destinée comme son nom l’indique aux directeurs de l’audit interne. Elle permet de découvrir les meilleurs outils pour mieux communiquer et est co-animée par une formatrice en communication et un acteur. C’est une formation très pratique. « L’éthique au sein des organisations : introduction aux fondamentaux » permet en une journée d’appréhender cette dimension qui est de plus en plus à prendre en compte dans les entreprises. Là aussi, il s’agit d’une co-animation, avec une philosophe de formation et une experte de la Responsabilité Sociale des Organisations (RSO). Cette formation permet de valoriser et de démystifier cette notion d’éthique, de comprendre ce qu’elle recouvre, et de permettre aux auditeurs d’apporter cette dimension dans leurs missions et leurs préconisations. Mais nous n’oublions pas non plus les autres sujets d’actualité, comme le digital avec « la transformation numérique du point de vue de l’audit et du contrôle internes » ou « la prévention des risques digitaux » sur 2 jours. On entre alors un peu plus dans la technique, mais toujours en lien avec nos métiers.

Quels sont les apports de ces nouvelles formations pour les professionnels de la maîtrise des risques ?

B.F. Ce sont des apports aussi bien théoriques que pratiques, axés sur la professionnalisation, qui permettent de renouveler les compétences des participants, de les développer. Mais nous n’oublions pas pour autant les fondamentaux, avec les formations « Transformer les données de l’entreprise en preuve d’audit » ou « Utiliser les statistiques pour faciliter l’analyse de données ».

Tous les métiers des risques sont-ils concernés par ces formations ?

B.F. 90% des formations de l’IFACI s’adressent au public le plus large possible. Les techniques de communication, la communication orale, sont des formations destinées aussi bien aux gestionnaires de risques qu’aux auditeurs et contrôleurs internes. Certaines, plus spécifiques, comme « Communiquer efficacement en tant que DAI » sont évidemment destinées… aux DAI.

Avez-vous développé des modalités particulières de formation ? Avec une place pour le e-learning par exemple ?

B.F. La plupart de nos formations sont aujourd’hui dispensées en présentiel. La formation « Méthodologie de l’audit interne » est dispensée en e-learning et dure 5 heures. Et la formation de préparation à la certification COSO fait l’objet de deux modules en e-learning et un en présentiel. Ce sont des techniques que nous maîtrisons déjà. Nous comptons donc bien développer de nouvelles formations à distance à moyen terme.

Pour en savoir plus :

https://www.ifaci.com/formation-certification/formation/

Éthique et communication : focus sur deux formations

Communiquer efficacement en tant que Directeur d’Audit Interne
Participants : Directeurs d’Audit Interne (16 maximum)
Objectifs :

  • faciliter la communication à tous niveaux
  • comprendre les enjeux selon ses interlocuteurs
  • échanger sur les difficultés rencontrées
  • développer une posture adaptée à chaque situation
  • développer une posture gagnant/gagnant

Durée : 1 jour

L’éthique au sein des organisations : introduction aux fondamentaux
Participants : auditeurs et contrôleurs internes, risk managers (12 maximum)
Objectifs :

  • permettre d’embarquer l’éthique dans ses missions
  • clarifier sa conception de l’éthique comme mission d’entreprise
  • fournir des clés de lecture
  • apprendre à identifier et analyser une situation de dilemme

Durée : 1 jour