Accueil / blog / L’IIA va-t-il redéfinir les lignes de maîtrise ?

L’IIA va-t-il redéfinir les lignes de maîtrise ?

Une bonne gouvernance est un savant mélange d’arts et de techniques, probablement accompagné d’une touche de chance et de magie. Lorsqu’elle est assurée, la récompense est une organisation qui atteint constamment ses objectifs, sert les intérêts des parties prenantes, favorise la création de valeur à long terme et entretient une culture saine.

Le problème est qu’il n’existe pas d’approche universelle. Chaque organisation est confrontée à des risques, des difficultés et des opportunités uniques qui ajoutent une part de variabilité. Mais l’effort en vaut la peine tant il est important de trouver la bonne combinaison de règles, de pratiques, de contrôles, de structures et de processus pour favoriser une bonne gouvernance. Il n’est pas surprenant que de nombreux outils et modèles aient été développés au fil des années pour expliquer ou promouvoir les bonnes pratiques qui contribuent à la réussite des organisations.

Un modèle largement accepté et populaire est celui des « trois lignes de maîtrise ». Depuis plus de vingt ans, de nombreuses organisations ont adopté ce modèle, séduites par la simplicité avec laquelle il divise les responsabilités de management des risques et de contrôle en trois « lignes » séparées : la première possède et gère les risques, la deuxième soutient le management des risques et la troisième fournit une assurance indépendante et des points de vue.

Beaucoup pensent que l’IIA a inventé le modèle des trois lignes de maîtrise. Bien que son origine précise soit encore sujette à débat, il n’émane pas de l’IIA. Il est vrai que l’IIA a publié en 2013 une prise de position confirmant son adhésion au modèle, en partie parce que ce dernier reconnaît explicitement le rôle essentiel de troisième ligne de l’audit interne en tant que prestataire d’assurance indépendant.

Ces dernières années, le modèle a néanmoins été critiqué pour le manque de souplesse de ses « lignes » qui ne permet pas d’affronter les problèmes actuels liés à une gouvernance dynamique et pour sa nature trop défensive qui limite son efficacité. Aujourd’hui, l’environnement des risques complexe évolue sans cesse, et les progrès rapides de la technologie créent à la fois des perturbations et des opportunités. De plus, les nouvelles approches adoptées par les organisations pour faire face aux risques ont rendu les « lignes » moins distinctes et entraîné un chevauchement fréquent des responsabilités de la première, de la deuxième et de la troisième ligne.

Outre les préoccupations relatives à la confusion des lignes de maîtrise, certains observent que le modèle met l’accent sur la « préservation de la valeur » mais n’aborde pas vraiment l’importance de son accroissement. Le nouveau plan stratégique de l’IIA souligne que l’audit interne doit être « reconnu comme un élément essentiel pour préserver et accroître la valeur de l’organisation ». Pour ce faire, il ne doit pas seulement être présenté comme une troisième ligne contribuant à la préservation de la valeur.

Le temps est venu de réévaluer le modèle des trois lignes de maîtrise et de donner à cet outil prisé une cure de jouvence pour l’adapter au 21ème siècle. Avec le soutien d’experts en gouvernance issus des secteurs public et privé, d’académiques, de régulateurs et de représentants des Big Four, l’IIA a initié un projet d’actualisation du modèle.

Comme l’a déclaré le Président du Conseil d’administration de l’IIA, Naohiro Mouri, dans un communiqué de presseannonçant ce projet ambitieux :  « Notre but n’est pas de remplacer le modèle des trois lignes de maîtrise ou d’en inventer un nouveau, mais d’assurer qu’il puisse prendre en compte les nuances et les dynamiques que nous observons dans différentes organisations afin de leur permettre de bénéficier et d’apprendre les unes des autres de manière plus efficace et stratégique. »

« Nous devons également accepter le fait que la gestion des risques ne s’arrête pas à la défense. L’incertitude est source à la fois de risques et d’opportunités. Ces deux aspects doivent être pris en compte à toutes les étapes des processus de décision et de planification. Les organisations doivent choisir la meilleure façon d’affecter et de structurer les ressources et les responsabilités, en utilisant les trois lignes de maîtrise à leur avantage. »

Ce projet d’une durée d’un an est mené par un groupe de travail restreint composé d’experts en gouvernance qui pourront s’appuyer sur la vaste expérience des 30 membres d’un groupe consultatif. Le projet comprendra une revue exhaustive des approches de gouvernance à travers le monde et incorporera les commentaires du public, recueillis par le biais d’une consultation formelle. Au final, le projet aboutira à la publication d’une nouvelle prise de position de l’IIA sur ce sujet, attendue au deuxième semestre 2019.

Depuis le début, l’objectif de l’IIA est de rechercher la meilleure manière de mettre à jour le modèle des trois lignes de maîtrise, pour refléter les changements intervenus dans le management des risques et la gouvernance modernes, tout en préservant sa simplicité et sa clarté. Conformément à son intention première, la mise à jour portera sur les rôles et non pas sur les structures organisationnelles. En réponse aux critiques, le but de la manœuvre est de rendre le modèle plus flexible, adapté à tous les secteurs et mieux à même de répondre aux défis et aux opportunités que présentent les risques. Comme beaucoup d’entre vous, j’attends avec impatience les résultats des travaux produits par ce groupe d’experts en gouvernance de classe mondiale dans le cadre d’un processus approfondi et participatif.

J’écris sur l’initiative de l’IIA relative au modèle des trois lignes de maîtrise pour vous tenir informés de ce projet important et susciter une réflexion dynamique et productive sur le document consultatif attendu en début d’année prochaine.

Le modèle original a été utile à beaucoup d’organisations pendant de nombreuses années. J’espère sincèrement que la version révisée le sera tout autant.

A propos Richard CHAMBERS

Richard CHAMBERS
Richard F. Chambers, Président et directeur général de l’IIA (Institute of Internal Auditors) publie chaque semaine sur son blog InternalAuditor.org un article sur les enjeux et les tendances concernant la profession d’audit interne.