Accueil / actualités / “Risk 2030” : cartographier les risques et les opportunités de manière prospective

“Risk 2030” : cartographier les risques et les opportunités de manière prospective

“Risk 2030” : cartographier les risques et les opportunités de manière prospective

Pour sa deuxième édition, Arengi réalise l’étude « Risk 2030 », non seulement en partenariat avec l’AMRAE (Association pour le Management des Risques et des Assurances de l’Entreprise), mais aussi avec l’IFACI et le CDSE (Club des Directeurs de Sécurité et de Sûreté des Entreprises). L’occasion de dresser ensemble une cartographie des risques et des opportunités des entreprises françaises à horizon 10 ans, à partir des tendances, lignes de forces et fractures retenues par les professionnels. Une étude riche d’enseignements à laquelle vous pouvez contribuer1.

Connu des professionnels de l’audit et du risque à travers ses missions de conseil et sa plateforme logicielle Arengibox, le cabinet Arengi a lancé en 2018 pour la première fois l’étude “Risk 2030”. Une étude destinée à “allonger l’horizon de temps sur lequel les comités de direction travaillent, à anticiper les risques et les opportunités, en dépassant les cycles stratégiques habituel” comme l’explique Gilles Proust, sont président et co-fondateur. Le travail se déroule plusieurs phases : des tendances clés sont tout d’abord identifiées via des ateliers de brainstorming avec Tilt Ideas, cabinet en innovation et via une consultation en ligne ouverte à tous : dirigeants d’entreprises (grands groupes, ETI ou PME), professionnels de la gestion des risques, journalistes, avocats…« En parallèle des contributions, nous avons mis en place une veille qui permet d’avoir une bonne base de réflexion et de ne pas laisser échapper des sujets importants » précise de son côté Audrey Lesueur, associée du cabinet Arengi. Sur la base de toutes les informations obtenues, un travail de synthèse et structuration est ensuite réalisé : ainsi, en 2018, 38 tendances ont été retenues.

« Enfin, tous les participants sont invités à se positionner sur ces tendances à l’horizon 2030 » poursuit Gilles Proust, « en répondant essentiellement à trois questions : “ S’agit-il d’un risque ou d’une opportunité pour les entreprises françaises ? ”, “ Y croyez-vous ou non ? ”, “ Selon vous, les entreprises françaises sont-elles prêtes à répondre à cette tendance ? ” ». Toutes ces informations réunies ont permis en 2018 d’établir une cartographie des risques et opportunités permettant à de nombreuses entreprises d’évaluer ces questions sur le long terme.

«La nouvelle édition de “Risk 2030” relève de la même approche collaborative, bâtie cette fois autour de nouveaux partenariats, notamment avec l’IFACI mais aussi le CDSE et, comme en 2018, l’AMRAE, explique Gilles Proust, elle va permettre d’actualiser la première analyse et d’intégrer de nouvelles tendances ou de nouvelles priorisations. Sans oublier de considérer si certaines des tendances de la première étude sont moins pertinentes ou ont évolué. »

Mais elle vise aussi à recueillir davantage de données, en affinant le cas échéant les informations récoltées par secteur d’activité. Surtout, véritable nouveauté, l’édition 2020 souhaite travailler, au moyen d’ateliers de travail, sur les leviers et réactions possibles face aux sujets qui émergeront dans le palmarès des risques ou des opportunités. Pourquoi une nouvelle étude, publiée au printemps 2020, soit à peine deux ans après la première ? « En fait, l’un des enseignements de “ Risk 2030 ” a été que les entreprises ne sont, dans leur majorité, pas suffisamment préparées à ce qui peut arriver au cours des dix prochaines années, reprend Gilles Proust, les cartographies des risques tentent de plus en plus d’intégrer des questions stratégiques long terme voire très long terme en lien par exemple avec les évolutions sociétales et technologiques ou les enjeux de la RSE… autant de sujets qui font bouger régulièrement les lignes et obligent les entreprises à se positionner sur des questions comme le climat, par exemple. “ Risk 2030 ” peut ainsi les aider à faire leur propre exercice prospectif de cartographie des risques, à fixer des priorités et à mettre en place des task forces pour les gérer ».

1. Pour contribuer, rendez-vous jusqu’à fin mars sur www.risk2030.com, vous pouvez également vous abonner à la lettre de veille hebdomadaire Risk2030.

A propos joanna

Avatar