Accueil / blog / Wells Fargo renforce son audit interne

Wells Fargo renforce son audit interne

S’agissant des motivations du changement, je cite souvent le philosophe danois Soren Kierkegaard, qui a écrit : « Tout changement est précédé par une crise. » L’économiste et prix Nobel américain Milton Friedman avait fait une observation similaire en déclarant : « seule une crise, réelle ou perçue, produit un véritable changement. »

A cet égard, j’ai été rassuré d’apprendre que Wells Fargo & Co. avait décidé de changer ses pratiques de gouvernance à la suite des multiples crises qui ont ébranlé sa branche de crédit à la consommation. Je ne vais pas m’attarder sur les erreurs commises par cette grande banque, ni sur les amendes qui en ont résulté. Disons simplement que les scandales qui ont ravagé la seconde banque mondiale (en termes de capitalisation boursière), ont eu sur elle l’effet d’un tremblement de terre.

Un rapport de 103 pagespublié par Wells Fargo la semaine dernière décrit les changements que la banque a entrepris pour remédier à ses défaillances, notamment au niveau de son approche vis-à-vis de l’audit interne.

Un des changements les plus importants est la consolidation de l’équipe d’audit de la banque de détail en un groupe unique et centralisé. À la suite des scandales, un rapport interne a montré que des silos au sein de l’organisation avaient entravé les efforts visant à dénoncer les mauvaises pratiques par le biais des processus et des structures de contrôle en place. La consolidation de l’équipe d’audit a pour but d’éliminer ces silos, comme l’a déclaré un porte-parole de la société au Wall Street Journal.

La banque a également créé de nouvelles équipes de gouvernance au niveau du management chargées d’aider la direction à gérer les risques. Chaque équipe a des responsabilités et des pouvoirs définis. Les politiques qui créent « des processus d’escalade clairs et suscitent des attentes en matière de déclaration des risques » sont particulièrement importantes.  Pour citer le rapport de Wells Fargo :

« La structure du comité de gouvernance est conçue pour permettre la compréhension, l’analyse et la prise de décision, au niveau approprié de l’organisation et par la combinaison adéquate de cadres, pour toute question significative relative aux risques et aux contrôles. »

Cette mesure reflète l’engagement fort de la banque en matière de management des risques qui, selon le rapport, sera guidé par quatre principes fondamentaux : l’accent sur les relations à long terme, le devoir de rendre compte, la philosophie du risque et un environnement inclusif et sincère.

Une philosophie qui s’applique à la façon dont Wells Fargo utilise sa fonction d’audit interne. Dans le rapport, cette dernière est décrite comme un « prestataire de services d’audit interne indépendants et objectifs, tels que l’évaluation et la critique crédible de la gouvernance, du management des risques et des contrôles de l’entreprise ». Il est particulièrement intéressant de souligner l’utilisation des mots « critique crédible » dans cette description.

Ce concept fait partie de la réglementation bancaire depuis plusieurs années mais il vise généralement les conseils d’administration qui sont censés critiquer de manière constructive les actions, les décisions et les recommandations du management. Il est encourageant de voir que, chez Wells Fargo, la même mission a été confiée à l’audit interne. En plus d’effectuer des tests et de fournir des évaluations et une assurance sur la structure de management des risques, de gouvernance et de contrôle, l’audit interne est aussi chargé de conseiller le management de manière proactive sur « les risques, les pratiques de management et les contrôles relatifs à la conception et à la mise en œuvre de nouveaux produits, services et processus ; au développement de systèmes ; aux changements opérationnels ; et aux initiatives stratégiques. »

D’autres détails liés aux opérations de l’audit interne, y compris l’exigence explicite d’adhérer aux Normes internationales pour la pratique professionnelle de l’audit interneet au Code de déontologie de l’IIA, décrivent l’exemple type d’un membre respecté et indépendant de l’équipe de management des risques de Wells Fargo. Il semble bien que, du moins sur le papier, l’audit interne soit invité à jouer le rôle de conseiller de confiance auprès du conseil d’administration et de la direction, voire même qu’on l’attende de lui.

Bien sûr, seul l’avenir nous dira si les actions entreprises par Wells Fargo seront en accord avec ses politiques, mais certains signes indiquent que la banque prend ces changements au sérieux. Selon un rapport du Wall Street Journal, la banque a augmenté d’environ un tiers les effectifs de l’audit interne au cours de ces deux dernières années, portant à 1350 le nombre d’auditeurs. Elle a également ajouté des administrateurs plus expérimentés au comité des risques.

Je suis convaincu que les changements mis en œuvre par Wells Fargo – s’ils sont adoptés par la direction et soutenus par le conseil d’administration – auront pour effet de renforcer l’organisation et d’améliorer son management des risques, sa gouvernance et son contrôle. Si tel est le cas, la banque pourrait bien devenir un modèle à suivre.

Comme toujours, vos commentaires sont les bienvenus.

A propos Service adhesion